Le « 450 € Job » est un contrat de travail dont les charges sociales sont réduites et la fiscalité simplifiée.

Toute personne peut bénéficier d’un « 450 € Job » dont on distingue deux types :

1 – Les emplois à domicile.

2 – Les emplois peu qualifiés ou partiels, dits « geringfügig », dont la rémunération ne peut excéder 450 € par mois.

En règle général, le terme « 450 € Job » renvoie à un emploi peu qualifié ou partiel et comprend deux types d’activités : les aides à domicile et, par opposition, toutes les autres activités qui ne relèvent pas de l’aide à domicile. Le terme « Aide à domicile » (Haushalthilfe) correspond aux activités domestiques comme le ménage, la cuisine ou le jardinage. Un travail de secrétariat exercé à domicile ne fait pas partie de la catégorie « Haushalthilfe ».

Du point de vue du salarié :

Pour le salarié, chacun des 3 types de mini-Job permet une rémunération en franchise sociale, c’est-à-dire 450 € bruts = 450 € nets. Pour la retraite, la cotisation « employé » est normalement de 13,7% pour le secteur « aide à domicile » et 3,7% pour les autres. Dans le cadre des Mini-Job., nombreux sont ceux qui décident de s’en affranchir (sich auf Antrag von der Rentenversicherungspflicht befreien lassen).

Attention : le Mini-Job ne donne pas accès à une caisse de santé. En cas d’arrêt de travail, l’employeur paie normalement 43 jours d’arrêt maladie. Ensuite, le salarié a uniquement le droit à l’aide social de base (Grundsicherung), c’est-à-dire le Arbeitslosengeld 2.

La fiscalité est simplifiée par une imposition forfaitaire de 2% couvrant le champ de l’impôt sur le revenu, de la contribution de solidarité et le cas échéant de l’impôt du culte (EstG §40a2). L’employeur porte alors la responsabilité du paiement de l’impôt. Le prélèvement de 2% est libératoire de l’impôt sur le revenu et dispense d’inscrire ce montant dans la déclaration de revenus. Sur option, le salarié peut décider de faire valoir sa classe d’imposition I, II, III ou IV qui ne générera aucun prélèvement à la source mais pourra s’avérer pénalisant en cas de déclaration commune avec un conjoint.

Il est impossible d’opter pour le prélèvement de 2% lorsque le taux horaire dépasse 12 €, le taux journalier dépasse 68 € et surtout lorsque le salarié exerce déjà une activité soumise à cotisations sociales auprès du même employeur.

Du point de vue de l’employeur :

Les charges patronales sont dues aux postes « Retraite », comprenant également le chômage, ainsi qu’au poste « Assurance maladie » comprenant également l’assurance dépendance. Le taux de charge « retraite et chômage » est de 15%. Le taux de l’assurance maladie est de 13% (sans pour autant ouvrir de droits au salarié). L’employeur cotise également pour les allocations de maternité (0,24%), les indemnités journalières en cas d’arrêt maladie (0,7%) et les accidents du travail (1,6%).

Au total, l’employeur paie 31,09 % de charges patronales.

Pour le secteur de l’aide à domicile (Haushalthilfe), les cotisations aux caisses de santé et de retraite s’élèvent respectivement à 5% et 5% ; soit des charges patronales totales de 14,54 %.

Du point de vue fiscal, le secteur de l’aide à domicile bénéficie d’un crédit d’impôt s’élevant à 20% du coût total, avec un maximum de 510 €.

La caisse de sécurité sociale en charge des minijob est la Minijobzentrale, Knapschaft Bahn See.