Du salaire brut au salaire net en Allemagne

La première feuille de paye en Allemagne peut souvent provoquer un choc au salarié venant de France tant le différentiel entre le brut et le net peut être élevé. Cotisations sociales et impôt à la source grèvent de manière importante le salaire.

Connaître cette situation permet de négocier un salaire beaucoup plus représentatif de sa valeur, d’autant que les cotisations sociales patronales sont beaucoup moins élevées en Allemagne qu’en France.

Le salaire brut en Allemagne

De manière générale, toutes les composantes du salaire sont imposées et chargées, notamment les différents avantages en nature (et principalement la voiture de fonction, dont la valeur est taxée).

Il est donc difficile de toucher partie de sa rémunération hors impôts.

Les cotisations sociales

Les cotisations sociales acquittées par l’employé sont de 4 natures :

  • La retraite publique, à hauteur de 9,35 % du salaire brut
  • L’assurance chômage, à hauteur de 1,5 % du salaire brut
  • L’assurance santé publique, pour 7,3 % du salaire brut (+Surprime selon les caisses pouvant aller jusqu’à 1%)
  • L’assurance-dépendance publique, pour 1,275% du salaire brut. Un supplément de 0,25% est ajouté aux personnes sans enfant.

Assurance-santé comme assurance-dépendance peuvent être souscrites de manière privée pour les salariés gagnant plus de 57.600 € /an en 2017.

Un plafond de cotisation (Beitragsbemessungsgrenze) est appliqué : au-delà de ce plafond les cotisations ne sont plus versées. Bien sûr les prestations d’assurance sont donc limitées au plafond. Le plafond est à 76.200 € / an pour « retraite et chômage » en 2017 et 52.200 € / an pour « santé et dépendance » en 2017.

Tout employé paye donc 19,42 % de cotisations sociales sur la part de ses revenus inférieure à 52.200 € / an (hors minijobs), 10,85 % sur la part entre 52.200 € et 76.200 € / an et rien au-delà.

L’impôt sur le revenu

L’Allemagne a adopté un système d’imposition sur le revenu à la source. Le salarié fait ainsi une avance mois par mois de son impôt à payer.

L’impôt sur le salaire (Lohnsteuer) est prélevé de manière progressive en fonction du salaire. Plus l’employé gagne, plus ce taux augmente. Il est au maximum de 45%. Il est calculé en fonction d’une classe d’impôt choisie par le salarié afin de se rapprocher au mieux de l’impôt réel à acquitter en fin d’année.

Le supplément de solidarité (Solidaritätszuschlag) finance la reconstruction de l’Est du pays. Il correspond à 5,5% de l’impôt sur le salaire.

L’impôt du culte (Kirchensteuer) est versé aux Eglises correspondantes. Il est facultatif et dépend de la religion indiquée lors de l’inscription en mairie. Il est de 8% ou 9% de l’impôt sur le salaire selon les Länder.

Exemples

Ci-joint 3 exemples relativement représentatifs de nos adhérents (ne payant pas l’impôt sur le culte) :

1) Célibataire, sans enfant, classe d’impôts 1, salaire brut annuel : 30.000 € sur 12 mois

2) Célibataire ou personne mariée, sans enfant, classe d’impôts 1 ou 4, salaire brut annuel : 60.000 €

3) Personne mariée, 2 enfants, classe d’impôt 3, salaire brut annuel : 108.000 € sur 12 mois

Calcul pour 2013

Célibataire sans enfants. 30k€ / an

Célibataire ou mariés sans enf. 60k€/an

Marié 2 enf 108k€

Salaire brut mensuel

2.500,00 €

5.000,00 €

9.000,00 €

Cotisations sociales

510,63 €

920,58 €

998,33 €

Impôt sur le salaire

333,75 €

1.126,00 €

2.114,33 €

Salaire net mensuel

1.637,27 € soit 65,5% du brut

2.891,50 € soit 57,8% du brut

5.796,06 € soit 64,4 % du brut

Dernier point à ne pas oublier : l’impôt étant prélevé à la source, il est possible d’en récupérer une partie via la déclaration de revenus !