Le projet de réforme des retraites en France soulève de nombreuses interrogations. L’occasion de se pencher sur le comparatif entre le système français actuel et le système allemand de retraite.

Organisation et généralités

Il existe différents « niveaux » de couverture. En Allemagne, on parle de « Schichten ».

La France connait 42 régimes de retraite différents, l’Allemagne plus de 100.

Dans cet article, nous nous intéresserons au régime général des salariés, qui englobe dans chaque pays 75 à 80 % des assurés (le reste concernant majoritairement les fonctionnaires).

 FranceAllemagne
Premier niveau de couvertureCNAV
publique et obligatoire
GRV
publique et obligatoireBasisrente
privée et facultative
Second niveau de couvertureAGIRC-ARRCO
semi-publique et obligatoire
BAV-Retraite d’entreprise
privée et facultative
Riester
privée et facultative
Troisième niveau de couvertureComplémentaires diverses
privées et facultatives
Complémentaires
diverses
privées et facultatives

 

La France a fait le choix de régimes publics et semi-publics obligatoires. L’Allemagne a, quant à elle, choisi de développer depuis les années 2000 des régimes facultatifs de retraite par capitalisation, en sus du régime général.

Dans les deux pays, les régimes de retraite publics sont d’inspiration bismarckienne : il s’agit de régimes de retraite obligatoires contributifs basés sur le principe de répartition. Ils sont principalement financés par des cotisations sociales assises sur les salaires. Les cotisations des actifs d’aujourd’hui permettent de financer les retraites des personnes actuellement à la retraite et sont directement redistribuées.

Toutefois, le système de retraite allemand a une organisation plus simple. Le régime public allemand est basé sur un système par points. En France, le régime général de la CNAV est par annuités (comptabilisées en trimestres) et le régime complémentaire par points.

Dans les deux pays, le montant de la pension est basé sur le revenu perçu pendant la carrière professionnelle.

 

Âges et conditions de départ

En France comme en Allemagne, il existe deux concepts d’âge :

  • un âge d’ouverture des droits à partir duquel un assuré peut liquider sa pension
  • et un âge de référence à partir duquel un assuré peut liquider une pension sans pénalité ou décote.

Fin 2020, en Allemagne, l’âge d’ouverture des droits sera compris entre 63 et 67 ans et l’âge de référence de 67 ans.

À la même période, en France, l’âge d’ouverture des droits sera de 62 ans et l’âge de référence sera compris entre 62 et 67 ans.

 FranceAllemagne
Nombre d’années de cotisation requises pour une retraite à taux plein
202041,5 années45 années
202942,5 années45 années
Âge légal de départ en retraite pour les personnes ayant cotisé le nombre d’années requises
202062 ans63 ans
202962 ans67 ans
Âge légal de départ en retraite à taux plein (sans décote) pour les personnes n’ayant pas cotisé toutes les années requises
202067 ans65,75 ans
202967 ans minimum67 ans

 

En cas de départ en retraite avec un nombre insuffisant d’annuités (en France) ou avant l’âge légal (en Allemagne), une décote s’applique. Elle est de 1,25% par trimestre en France et 0,3% par mois en Allemagne.

 

Méthode de calcul

Une des différences les plus importantes entre les deux systèmes est qu’il n’existe, en Allemagne, pas d’obligation de cotiser dans une retraite complémentaire. Ce point a un impact important sur le montant des pensions.

Par ailleurs, le régime général français est un régime à annuités et le régime allemand est un régime à points.

En Allemagne, le montant de la pension est basé sur les revenus gagnés pendant les 45 années d’activités. En France, il dépend des 25 meilleures années.

En Allemagne la valeur du point peut évoluer en fonction de critères économiques et démographiques. En France le taux de remplacement est fixé à 50% et ce dernier est invariable.

En Allemagne les cotisations sont basées sur le revenu jusqu’au plafond de la sécurité sociale (82.800 € bruts/an dans l’Ouest, 77.400 € dans l’Est). En France, le plafond de la sécurité sociale est de 41.136€, ceux des retraites complémentaires obligatoires jusqu’à 329.088€.

Le plafond du régime général est donc plus élevé en Allemagne. Cependant si l’on prend en compte les retraites complémentaires, les plafonds sont nettement plus élevés en France.

Ces différences dans les 2 systèmes créent de larges écarts de prestations.

 

Prestations

Le taux de remplacement est le pourcentage de son ancien revenu que l’on perçoit une fois arrivé à la retraite.

Voici, en pourcentage du dernier revenu, le taux de remplacement à différents niveaux de revenus en France et Allemagne (pour une retraite à taux plein, c’est-à-dire sans décote).

comparaison retraite france allemagne

Explication: une personne gagnant 100.000 € bruts/an touchera :

  • En France : 70% des premiers 41.136 € + 54% du revenu au-delà = 60.655 € environ de retraite brute*
  • En Allemagne : 47,50% des premiers 82.800 € = 39.330 € environ de retraite brute*

 *brute : avant imposition, cotisations sociales et inflation

 

Le système allemand, du fait de son système par points, l’absence de complémentaires obligatoires ainsi que du nombre d’annuités nécessaires pour avoir une retraite pleine, ne permet pas de prétendre à une retraite équivalente à celle de la France, si l’on se limite à cotiser au régime obligatoire.

L’Allemagne a mis en place d’importants systèmes de complémentaires facultatifs. Ces mécanismes s’avèrent indispensables à tout français travaillant Outre-Rhin et ne souhaitant pas voir le montant de sa retraite diminuer de manière importante.

Pour obtenir le conseil d’un de nos experts et bénéficier d’un bilan retraite personnalisé, contactez-nous via le formulaire de contact.